La vie en région

Notre-Dame-des-Landes : Hélène Challier propose d’ouvrir l’aéroport de Saint-Nazaire au grand public

On sait maintenant que l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne se fera pas – cela, que l’on soit pour ou contre – et qu’il convient d’envisager une porte de sortie. Hélène Challier travaille depuis plusieurs mois sur ce dossier, avec de nombreux experts, dont des pilotes de ligne. Le comité citoyen qu’elle anime propose d’ouvrir au grand public et au fret l’aéroport de Saint-Nazaire – Montoir qui n’est actuellement utilisé que par Airbus. L’objectif est de transférer une partie du trafic de Nantes Atlantique vers Saint-Nazaire, comme le fret, des compagnies low-cost ou des compagnies régulières qui le souhaiteraient. En effet, l’aéroport existe, avec une piste de qualité, et il suffirait donc d’agrandir le bâtiment pour accueillir des passagers, ainsi que les parkings, ce qui serait évidemment beaucoup moins coûteux que la création d’un nouvel aéroport. Toutes les études indiquent également que l’utilisation de cet aéroport n’aurait aucun impact sur la presqu’île et les marais salants, puisque le cercle d’atterrissage et de décollage serait beaucoup plus large (au-dessus de l’Océan au sud et vers Herbignac au nord). Rappelons qu’Hélène Challier est conseillère municipale d’opposition à Guérande et conseillère communautaire. Elle était à la tête d’une liste d’ouverture lorsqu’elle s’est présentée. Elle était à l’époque encartée au Parti socialiste, qu’elle a quitté au printemps 2016. Elle a rejoint le mouvement En Marche ! en janvier 2017. Elle nous présente la proposition du comité citoyen qu’elle anime.

Kernews : Êtes-vous partie du constat que, quoi que l’on en pense, tout le monde sait que l’aéroport Notre-Dame-des-Landes ne se fera jamais…

Hélène Challier : Effectivement, Notre-Dame-des-Landes ne se fera pas. C’est un dossier dans l’impasse au vu des résistances locales qui se sont enkystées du fait de notre très grande lenteur à résoudre ce problème. Donc, maintenant, il faut réfléchir à des solutions alternatives qui vont permettre le développement économique et touristique.

Vous proposez à Emmanuel Macron et au gouvernement d’ouvrir l’aéroport de Saint-Nazaire –  Montoir au grand public. Le site est-il opérationnel ?

Nous nous sommes constitués en comité, avec des personnalités éclairées, des chercheurs dans le domaine du transport et des spécialistes de l’aménagement du territoire. Nous faisons une proposition de bon sens. Il existe à l’heure actuelle deux aéroports en Loire-Atlantique. Le premier, tout le monde le connaît, c’est Nantes Atlantique. Le second est celui de Saint-Nazaire – Montoir, dont on ignore l’existence. Cet aéroport est utilisé par Airbus pour le trafic du Beluga trois fois par jour pour des tronçons qui vont à l’assemblage vers Toulouse. C’est un aéroport complet, qui présente une piste en état de fonctionnement et qui peut accueillir de plus gros porteurs. Airbus vient de faire 10 millions d’investissements pour que l’aéroport puisse accueillir le Beluga XL qui est fabriqué à partir d’un A330. Ces 10 millions d’euros d’investissements sur les pistes vont permettre à l’aéroport d’accueillir les plus gros porteurs et le foncier permet même d’allonger la piste de 900 mètres, c’est ce qu’il faut pour accueillir tranquillement des A350 et plus. Nous avons déjà deux aéroports : alors, pourquoi en construire un troisième ? Nous devons utiliser les infrastructures qui existent ! Il y a aussi la problématique financière. En cas de retrait de Notre-Dame-des-Landes, les pénalités sont très importantes, plus de 350 millions d’euros. L’aéroport de Saint-Nazaire – Montoir permettrait à Vinci, qui en est déjà l’exploitant, de trouver une compensation financière dans son exploitation. Donc, nous proposons de dissocier le trafic entre les deux aéroports, celui de Nantes Atlantique et celui de Saint-Nazaire – Montoir, qui pourrait être plus spécifiquement dédié au fret et au low-cost. On pourrait ainsi décharger Nantes Atlantique d’une majeure partie de son activité pour la rerouter vers Saint-Nazaire – Montoir.

Valider